Et si cette question était fausse… ou plutôt inadéquate….

En effet, tout quadrupède , comme son nom l’indique possède quatre membres à l’extrémité desquels se trouvent quatre pieds….

Un pied, n’a pas sauf si on arrive à me prouver le contraire, de faculté de préhension….

Par conséquence, un quadrupède ne pourrait être que gaucher ou droitier par préférence d’utilisation première du membre dit directeur lors d’une activité supérieure de la marche, c’est à dire le trot ou le galop….

Pour le trot, l’affaire est réglée puisqu’il s’agit d’un mouvement alternatif des quatre membres avec appui et suspension simultanés des deux bipèdes diagonaux….

Donc, que le bipède “ démarre“ son trot avec l’antérieur droit ou le gauche, peu importe, puisque l’action est symétrique dans les deux bipèdes diagonaux…

Pour ce qui est du galop, le choix déterminé par le quadrupède lambda ( en liberté s ‘entend ) ,du moins ceux qui galopent, de privilégier le démarrage avec l’antérieure droit ou le gauche peut porter à interrogation …

De nombreux facteurs peuvent interférer dans son choix…

Prenons pour exemple le cheval, quadrupède dont la biomécanique et ses interactions sur la physiologie générale et le comportement à été beaucoup plus étudié que pour le Lama ou l’hippopotame…

Animal de fuite par excellence, il partira déjà automatiquement du côté opposé au danger éventuel…donc à droite ou à gauche indifféremment …

Le choix de terrain ( déclivité ) provoquera également automatiquement un départ choisissant la facilité.

L’anticipation des distances à parcourir et de l’état du terrain peuvent également être des éléments de choix dans la décision du cheval à choisir tel ou tel antérieur comme membre directeur, ce dernier étant évidemment doué de raison, n’en déplaise à certains “ éthologues“ nouvellement arrivés sur le  “ marché “ de l’équitation .

Reste l’habitude…Et qui dit habitude, dit fatalement inscription d’un choix de mouvement devenu automatique par rapport à un ou des éléments bien précis…

Intervient alors l’utilisation de notre médecine, l’ostéopathie, et son diagnostic et ses bilans pour nous permettre d’y voir un peu plus clair….

J’ai entendu souvent de la part d’hommes de cheval ayant plus d’un demie siècle d’expérience :

«  Celui là est droitier, comme 90 % des autres d’ailleurs »…

Cette affirmation est bien sûr basée sur leur expérience au cours de la monte .

Analysons les différentes causes qui pourraient amener à une telle affirmation.

De mon avis, ils ne sont arrivés à cette conclusion que par l’intermédiaire de leurs mains et donc de la bouche du cheval… Il est plus facile à droite donc il est droitier… comme 90 % des humains…

CQFD…

Un cavalier gaucher trouvera t’il que ses chevaux sont gauchers….?

Non . Les gauchers comme les droitiers m’ont affirmés que 90 % des chevaux étaient droitier…

Fausse piste donc !

Le point de départ de notre réflexion étant la bouche, responsable par l’action d’une main ( humaine en général, quoique…certains cavaliers sont assez inhumains avec les chevaux ) de la latéroflexion de l’encolure .

Cette bouche n’étant que l’élément intermédiaire entre la main du cavalier et l’encolure du cheval.

Encolure composée d’éléments comme les vertébrés et leurs annexes et les muscles.

Éliminons :

  • les problèmes dentaires ou d’ éléments mous dans la bouche
  • Les lésions d’ATM
  • Les troubles visuels traumatiques, pathologiques ou congénitaux ( déformation de la boîte crânienne par mal position intra utérine ou post partum )
  • Le Wobbler
  • La lésion mécanique simple d’un étage vertébral
  • Une lésion musculaire ou nerveuse , traumatique ou congénitale
  • Et bien évidemment une pathologie quelconque d’un membre !!!

Que nous reste t’il pour aboutir à une loi ?

La différence morphologique de la boîte cornée ?

Le poulain ayant les premières semaines après la naissance des grands membres et un ensemble tête-encolure moindre en proportion, imitant sa mère qui “broute“ l’herbe, il est obligé dans la plupart des cas de positionner un antérieur plus en avant que l’autre pour arriver à mettre la bouche en contact avec l’herbe…Parfois certains écartent parfois les deux membres sur la même ligne .

S’en suit une différence de vascularisation au niveau du bourrelet périoplique et par conséquent une différence de forme de boîte cornée d’un membre à l’autre, nous avons tous déjà remarqué cela…

Mais ce n’est quand même pas la majorité non ?

Alors ….?

 

A suivre ….

Guy Theunynk, Ostéopathe D.O
Ostéopathie animale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *